Conseil
5

AVC : lés gestes qui sauvent

2018-11-23 01:45:08 UTC
Avc__l%c3%a9s_gestes_qui_sauvent

Le 29 octobre c’est la journée mondiale de l’AVC (accident vasculaire cérébral), première cause de handicap acquis chez l’adulte. Pourtant, 90% des AVC dépendent de facteurs évitables sur lesquels il est possible d’agir. En plus de la prévention, il reste les gestes médicaux qui permettent également de sauver des vies. Constat.

En France, une personne est hospitalisée toutes les quatre minutes pour un AVC. Dans 80% des cas, les patients souffrent d’un accident ischémique. Il s’agit alors d’une artère bouchée par un caillot de sang. Dans les autres cas, c’est la rupture d’un vaisseau sanguin qui provoque une hémorragie dans le cerveau. On parle alors d’un AVC hémorragique. Pour toutes ces victimes, une véritable course contre la montre commence. En effet, dans l’idéal, elles doivent être traitées dans les quatre heures. Au-delà, les risques de garder des séquelles neurologiques deviennent très importants. Si quasiment tout le monde sait qu’une douleur dans la poitrine qui irradie dans le bras est le signe d’un infarctus, beaucoup de Français méconnaissent encore les signaux d’alerte de l’AVC. Une prise en charge inégalitaire En plus d’un déficit d’information, des inégalités existent aussi dans la prise en charge de cette urgence médicale. La France compte actuellement 139 unités neuro-vasculaires (UNV) spécialisées dans le diagnostic et le traitement de ces accidents. Mais près de deux tiers des patients ne bénéficient pas d’un traitement en unité neuro-vasculaire, faute d’un nombre suffisant de structures, de leur mauvaise répartition sur le territoire français, du manque de neurologues et de places dans les hôpitaux. Actuellement, seuls 10% des victimes d’AVC se voient administrer une thrombolyse intraveineuse (traitement permettant de dissoudre un caillot sanguin quand il est administré moins de 4h 30 après les premiers symptômes) alors que 30% des patients pourraient en bénéficier. Sur les 130000 AVC recensés par an, près de 15000 pourraient être évités grâce à une prise en charge précoce. Depuis quelques années, une seconde technique a été mise au point: la thrombectomie mécanique. Il s’agit d’un geste de neuroradiologie interventionnelle qui consiste à extraire le caillot de façon mécanique avec un dispositif médical spécifique. Celle-ci est efficace quand l’occlusion touche certaines grosses artères cérébrales. En 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) a évalué et reconnu l’efficacité de la thrombectomie mécanique lorsqu’elle était réalisée dans un délai de 6 heures après le début des symptômes, soit Pour réduire le risque d’AVC, le taux de cholestérol doit être maîtrisé. Veillez à le contrôler, au minimum tous les cinq ans, par une prise de sangly d’emblée en association avec la thrombolyse intraveineuse, soit en recours après échec d’un traitement par thrombolyse intraveineuse, ou seule en cas de contre-indication à la thrombolyse intraveineuse. « Cette technique apporte un bénéfice en matière d’autonomie et améliore la qualité de vie à terme», estime la HAS. En juillet 2018, la HAS a publié un second rapport formulant des préconisations pour permettre le déploiement rapide de cette technique sur l’ensemble du territoire.
http://www.wikilks.com/2018/10/26/avc-les-gestes-qui-sauvent/

En quoi est-ce responsable ?

  • Je-reduis-ma-facture Je réduis ma facture
5

Aidez à construire la réputation de Lenaabuhanna en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter
Mots-clés associés
sante
, santé