Open-uri20120328-3013-1687ady-0?1332954530

Copenhague a récemment rendu obligatoire les toitures végétalisées pour ses nouvelles constructions !

Le principe de la toiture végétalisée, appelée aussi « toiture végétale » ou « toit vert » est un principe millénaire consistant à recouvrir le toit des bâtiments d’un substrat végétalisé.

Cette pratique, très répandue dans les pays nord-européens, possède de nombreux avantages écologiques tels, l’isolation thermique et phonique, la récupération et la filtration des eaux de pluie, la préservation de la biodiversité, l’assainissement de l’air, mais aussi l’agrément paysager.

La ville de Copenhague a ainsi pris la décision de rendre obligatoire les toitures végétalisées pour ses futures constructions. Cette mesure s’appliquera aux nouvelles constructions dont le sommet a une inclinaison de 30° ou moins.

5.000m² de verdure supplémentaire devraient donc apparaître chaque année grâce à cette nouvelle mesure. Avec ses toitures végétalisées, la capitale danoise espère ainsi « neutraliser ses émissions de carbone » d’ici 2025.

En quoi est-ce responsable ?

  • Je-sensibilise-mon-entourage Je sensibilise mon entourage
6

Aidez à construire la réputation de Tyvie en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :

Merci Tyvie de cette information.


J'ai moi même effectué une étude sur les écoquartiers en Europe.


Ci-dessous article issu de Terraeco - fort instructif ! -


"




A Malmö, des écolos malgré eux





(Crédit photos : Thibaut Schepman)


Reportage - On vient du monde entier pour visiter l’éco-quartier du port ouest de Malmö (Suède). Mais les habitants de Vasträ Hamnen semblent être les moins concernés par le projet et ses évolutions.



18 juillet, 14 heures. Température extérieure : 28 degrés. Nous sommes bien à Malmö, en Suède. C’est probablement la meilleure époque de l’année pour découvrir Vesträ Hamnen, l’éco-quartier construit il y a dix ans sur le port ouest de la ville. Difficile de croire qu’il n’y avait là à l’époque que déblais, grues et usines abandonnées. Un jour d’été comme celui-ci, plusieurs milliers de personnes parcourent en 20 à 30 minutes la distance qui sépare le centre ville du port Ouest. Ils flânent, profitent de la longue digue. De jeunes hommes plongent dans la mer Baltique devant l’Oresund, pont qui relie la Suède au Danemark. D’autres promènent leurs enfants ou somnolent dans les immenses jardins. La Turning Torso, deuxième plus grande tour habitée d’Europe, surplombe toute la zone. Si la ville de demain, comme le dit le prospectus, ressemble à Vasträ Hamnen, il y fera bon vivre. Mais les habitants de cette ville, à quoi ressemblent-t-ils ?


Ceux que nous avons rencontrés ont entre 30 et 40 ans - hormis les quelques têtes grises qui vivent dans la maison de retraite du quartier - vivent en couple, et ont souvent une ou deux voitures, qu’ils peinent à garer. Beaucoup arborent de grandes lunettes de soleil et leur bronzage sent le centre de beauté. Ont-ils conscience d’être perçus, fantasmés, comme les « urbains de demain » ? Non. Cette question entraîne même un étonnement amusé. « Je crois que les architectes de notre bâtiment ont fait attention aux matériaux de construction qu’ils utilisaient », avance simplement Joakim Lindstrom, qui reconnaît s’être très peu informé sur ces questions depuis son arrivée en 2008.


« Comme un singe dans un zoo »


Derrière le front de mer trône une rangée de petites maisons tout droit sortie d’une revue d’architecture. Chaque bâtiment a eu un concepteur différent : allemands, tchèques, hongrois ont participé au projet. Un ruisseau sépare les deux rues, qui se font face.

Charlotte Hellsen habite ici depuis cinq ans. « La seule chose qui me fait sentir que je vis dans un endroit particulier, confie-t-elle, ce sont les touristes. A part peut-être l’hiver, cela grouille ici. Je pense changer la fenêtre de ma cuisine car, parfois, j’ai l’impression d’être observée comme un singe dans un zoo ». « Je ne me sens pas plus proche de la nature, j’habitais autrefois en forêt, ce qui est très courant en Suède, et les arbres me manquent. Ce qui me plait ici, c’est l’architecture et la qualité de vie. Ce cours d’eau par exemple m’est très important ». Elle avoue ne pas savoir comment est produite son électricité, et n’a jamais entendu parler de l’éolienne du quartier. « Je crois que la municipalité a voulu impulser une démarche écologique mais je ne sais pas trop ce que ça a donné ».


Une unanimité se dégage des personnes interrogées. Ce qui attire les gens ici n’est pas de vivre dans un éco-quartier ou de mener un train de vie plus durable. C’est le confort, la qualité de vie et, surtout, la mer. « A part le fait que je recycle, je n’ai pas l’impression de vivre dans un immeuble durable », lâche même Magnus Larsson, sac de déchets en papier à la main, qui vit au 28ème étage de la Turning Torso.


L’écologie malgré eux


« Le but est clairement d’amener des gens à l’écologie alors qu’ils ne l’auraient pas fait autrement, c’est notre stratégie », affirme Tor Fossum, responsable département Environnement au sein du Conseil de la ville de Malmö. L’éco-quartier fonctionne en arrière-plan de la vie des gens, sans vraiment les impliquer. Ainsi, le papier recyclé de Magnus va, sans qu’ils le sachent, servir à fabriquer du biogaz pour alimenter les voitures et camions de la déchetterie du quartier. Toutes les mesures écologiques ne sont pas tellement mis en avant par la ville, ce qui explique que les gens interrogés aient cette impression de manquer d’informations.

Tor Fossum avance lui de nombreux chiffres : « le quartier BoO1 – le plus vieux, né en 2001 – fonctionne totalement à l’énergie renouvelable : solaire, éolienne, géothermique. L’éolienne située sur le port alimente mille appartements. Nous ne voulons pas éduquer les gens, poursuit-il, notre projet n’est pas pédagogique, nous ne voulons pas les forcer à changer leur style de vie ». Sauf sur la question de la mobilité. «  Nous avons construit des places de parking pour seulement 0,7 voiture par foyer en moyenne. Les gens doivent donc d’eux-même apprendre à se déplacer autrement ». Charlotte Hellsen nous a avoué avoir un problème de parking avec ses deux voitures, ce qui était aussi le cas de ses voisins. Nous avons vu des voitures garées un peu partout, jusque dans des endroits improbables. S’attendait-il à une telle demande d’espace ? «  Non » , avoue Tor Fossum avec une certaine déception. « Beaucoup s’obstinent à avoir plus de voitures qu’ils n’en ont besoin, alors que l’on aurait pu s’attendre à ce qu’ils choisissent le vélo. Mais, au final, c’est leur problème ! », reprend-il.


« Pour vivre ici, vous devez mettre les moyens »


Erik s’amuse au skate-parc du quartier, l’un des plus grands de Scandinavie : « Les gens qui vivent ici sont ceux qui ont de l’argent. Quelques retraités, et classes moyennes, qui cherchent la qualité de vie, c’est tout ». Il réside à l’extérieur de la ville. Tout comme Tommy et Grant Maclnnes dont les enfants gambadent sur le terrain de jeu écolo du quartier. « C’est leur endroit favori, nous venons souvent. Mais si vous voulez vivre ici, il faut être prêt à mettre les moyens ». Ce que confirme Stina Srahlin, qui travaille à l’agence immobilière Bocenter. L’achat d’un logement en plein centre de la ville coûte au maximum 2 800 euros le mètre carré, contre 3 200 à 4 500 euros pour les logements de l’écoquartier. Un ghetto pour riches ? Tor Fossum s’en défend fermement : « Il y a une réelle diversité dans le quartier », assure-t-il. Les habitants, eux, sont moins convaincus. « Il y a beaucoup moins de mixité dans le quartier que dans le reste de la ville car les prix sont plus élevés. Il y a surtout ici des Suédois ou des Danois alors que Malmö dans son ensemble compte au moins 30% de personnes immigrées dont une bonne partie vient d’Afrique du Nord », analyse Joakim Lindstrom (voir portrait ci-dessous).

Lors de notre reportage, nous avons aperçu quelques personnes de couleurs dans le quartier, en ce jour de repos dominical. Mais aucune le jour suivant. D’après plusieurs habitants, la mixité est beaucoup plus grande dans le quartier écologique d’Augustenborg, dans le sud de Malmö. A vérifier dans un prochain épisode, sur ce blog !




Paroles d’habitants


Mais d’abord, le portrait en trois questions à Joakim et Ann-Christin. La trentaine, ils travaillent tous les deux dans le marketing sportif. Ils vivent à Vasträ Hamnen depuis 2008, dans le quartier « Good conversation », où la ville expérimente des méthodes de « sociabilité durable » : avec des vis-à-vis importants dans les immeubles et un conseil de quartier."


2010-07-22 14:10:08 UTC
0

Génial. Si l'avenir est aussi vert c'est sympa de penser que nous pouvons construire de nouveau en respectant la terre !

2010-07-22 14:13:16 UTC
0

Merci Tyvie de cette information.


J'ai moi même effectué une étude sur les écoquartiers en Europe.


Ci-dessous article issu de Terraeco - fort instructif ! -


"




A Malmö, des écolos malgré eux





(Crédit photos : Thibaut Schepman)


Reportage - On vient du monde entier pour visiter l’éco-quartier du port ouest de Malmö (Suède). Mais les habitants de Vasträ Hamnen semblent être les moins concernés par le projet et ses évolutions.



18 juillet, 14 heures. Température extérieure : 28 degrés. Nous sommes bien à Malmö, en Suède. C’est probablement la meilleure époque de l’année pour découvrir Vesträ Hamnen, l’éco-quartier construit il y a dix ans sur le port ouest de la ville. Difficile de croire qu’il n’y avait là à l’époque que déblais, grues et usines abandonnées. Un jour d’été comme celui-ci, plusieurs milliers de personnes parcourent en 20 à 30 minutes la distance qui sépare le centre ville du port Ouest. Ils flânent, profitent de la longue digue. De jeunes hommes plongent dans la mer Baltique devant l’Oresund, pont qui relie la Suède au Danemark. D’autres promènent leurs enfants ou somnolent dans les immenses jardins. La Turning Torso, deuxième plus grande tour habitée d’Europe, surplombe toute la zone. Si la ville de demain, comme le dit le prospectus, ressemble à Vasträ Hamnen, il y fera bon vivre. Mais les habitants de cette ville, à quoi ressemblent-t-ils ?


Ceux que nous avons rencontrés ont entre 30 et 40 ans - hormis les quelques têtes grises qui vivent dans la maison de retraite du quartier - vivent en couple, et ont souvent une ou deux voitures, qu’ils peinent à garer. Beaucoup arborent de grandes lunettes de soleil et leur bronzage sent le centre de beauté. Ont-ils conscience d’être perçus, fantasmés, comme les « urbains de demain » ? Non. Cette question entraîne même un étonnement amusé. « Je crois que les architectes de notre bâtiment ont fait attention aux matériaux de construction qu’ils utilisaient », avance simplement Joakim Lindstrom, qui reconnaît s’être très peu informé sur ces questions depuis son arrivée en 2008.


« Comme un singe dans un zoo »


Derrière le front de mer trône une rangée de petites maisons tout droit sortie d’une revue d’architecture. Chaque bâtiment a eu un concepteur différent : allemands, tchèques, hongrois ont participé au projet. Un ruisseau sépare les deux rues, qui se font face.

Charlotte Hellsen habite ici depuis cinq ans. « La seule chose qui me fait sentir que je vis dans un endroit particulier, confie-t-elle, ce sont les touristes. A part peut-être l’hiver, cela grouille ici. Je pense changer la fenêtre de ma cuisine car, parfois, j’ai l’impression d’être observée comme un singe dans un zoo ». « Je ne me sens pas plus proche de la nature, j’habitais autrefois en forêt, ce qui est très courant en Suède, et les arbres me manquent. Ce qui me plait ici, c’est l’architecture et la qualité de vie. Ce cours d’eau par exemple m’est très important ». Elle avoue ne pas savoir comment est produite son électricité, et n’a jamais entendu parler de l’éolienne du quartier. « Je crois que la municipalité a voulu impulser une démarche écologique mais je ne sais pas trop ce que ça a donné ».


Une unanimité se dégage des personnes interrogées. Ce qui attire les gens ici n’est pas de vivre dans un éco-quartier ou de mener un train de vie plus durable. C’est le confort, la qualité de vie et, surtout, la mer. « A part le fait que je recycle, je n’ai pas l’impression de vivre dans un immeuble durable », lâche même Magnus Larsson, sac de déchets en papier à la main, qui vit au 28ème étage de la Turning Torso.


L’écologie malgré eux


« Le but est clairement d’amener des gens à l’écologie alors qu’ils ne l’auraient pas fait autrement, c’est notre stratégie », affirme Tor Fossum, responsable département Environnement au sein du Conseil de la ville de Malmö. L’éco-quartier fonctionne en arrière-plan de la vie des gens, sans vraiment les impliquer. Ainsi, le papier recyclé de Magnus va, sans qu’ils le sachent, servir à fabriquer du biogaz pour alimenter les voitures et camions de la déchetterie du quartier. Toutes les mesures écologiques ne sont pas tellement mis en avant par la ville, ce qui explique que les gens interrogés aient cette impression de manquer d’informations.

Tor Fossum avance lui de nombreux chiffres : « le quartier BoO1 – le plus vieux, né en 2001 – fonctionne totalement à l’énergie renouvelable : solaire, éolienne, géothermique. L’éolienne située sur le port alimente mille appartements. Nous ne voulons pas éduquer les gens, poursuit-il, notre projet n’est pas pédagogique, nous ne voulons pas les forcer à changer leur style de vie ». Sauf sur la question de la mobilité. «  Nous avons construit des places de parking pour seulement 0,7 voiture par foyer en moyenne. Les gens doivent donc d’eux-même apprendre à se déplacer autrement ». Charlotte Hellsen nous a avoué avoir un problème de parking avec ses deux voitures, ce qui était aussi le cas de ses voisins. Nous avons vu des voitures garées un peu partout, jusque dans des endroits improbables. S’attendait-il à une telle demande d’espace ? «  Non » , avoue Tor Fossum avec une certaine déception. « Beaucoup s’obstinent à avoir plus de voitures qu’ils n’en ont besoin, alors que l’on aurait pu s’attendre à ce qu’ils choisissent le vélo. Mais, au final, c’est leur problème ! », reprend-il.


« Pour vivre ici, vous devez mettre les moyens »


Erik s’amuse au skate-parc du quartier, l’un des plus grands de Scandinavie : « Les gens qui vivent ici sont ceux qui ont de l’argent. Quelques retraités, et classes moyennes, qui cherchent la qualité de vie, c’est tout ». Il réside à l’extérieur de la ville. Tout comme Tommy et Grant Maclnnes dont les enfants gambadent sur le terrain de jeu écolo du quartier. « C’est leur endroit favori, nous venons souvent. Mais si vous voulez vivre ici, il faut être prêt à mettre les moyens ». Ce que confirme Stina Srahlin, qui travaille à l’agence immobilière Bocenter. L’achat d’un logement en plein centre de la ville coûte au maximum 2 800 euros le mètre carré, contre 3 200 à 4 500 euros pour les logements de l’écoquartier. Un ghetto pour riches ? Tor Fossum s’en défend fermement : « Il y a une réelle diversité dans le quartier », assure-t-il. Les habitants, eux, sont moins convaincus. « Il y a beaucoup moins de mixité dans le quartier que dans le reste de la ville car les prix sont plus élevés. Il y a surtout ici des Suédois ou des Danois alors que Malmö dans son ensemble compte au moins 30% de personnes immigrées dont une bonne partie vient d’Afrique du Nord », analyse Joakim Lindstrom (voir portrait ci-dessous).

Lors de notre reportage, nous avons aperçu quelques personnes de couleurs dans le quartier, en ce jour de repos dominical. Mais aucune le jour suivant. D’après plusieurs habitants, la mixité est beaucoup plus grande dans le quartier écologique d’Augustenborg, dans le sud de Malmö. A vérifier dans un prochain épisode, sur ce blog !




Paroles d’habitants


Mais d’abord, le portrait en trois questions à Joakim et Ann-Christin. La trentaine, ils travaillent tous les deux dans le marketing sportif. Ils vivent à Vasträ Hamnen depuis 2008, dans le quartier « Good conversation », où la ville expérimente des méthodes de « sociabilité durable » : avec des vis-à-vis importants dans les immeubles et un conseil de quartier."


2010-07-22 14:14:04 UTC
0

Désolé, apparemment fausse manipulation, j'ai transmis 2 fois le même commentaire.

Plus important, je rêve moi aussi de vivre dans un éco-quartier (travaillant en Ile de France, je regarde du côté de Marne la Vallée où plusieurs projets sont en cours)

 

2010-07-22 14:20:40 UTC
0

Je ne savais pas que Marne La vallée avait ce type de projet, il est vrai que ce serait vraiment super de pouvoir y vivre ... et enfin réaliser au jour le jour notre action !

2010-07-22 14:28:05 UTC
0

Afin d'y voir un peu clair dans le "maquis des normes DD", je te recommande le hors série n°8 "Maisons performantes - Neuf &  rénovation" d'Habitat Naturel actuellement en vente. Très instructif ! 

2010-07-22 15:04:48 UTC
0
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter