Conseil
9

Et si tout devenait gratuit…

2015-09-08 07:28:28 UTC
Gratuit-don

Boutiques sans argent, boîtes à livres, cafés “suspendus” pour le client suivant… La culture du don se développe. Par solidarité mais aussi rejet du gaspillage.

Sur chaque rayonnage, vaisselle, petit électroménager, jouets pour enfants, une grosse étiquette indique le prix. « Zéro euro. » Pourtant, cela ne rate jamais. Les nouveaux clients posent la question, comme si leur cerveau ne pouvait intégrer l’information : « Et ça, c’est combien ? » C’est gratuit, doit répondre Debora Fischkandl toute la journée. Gratuit et déroutant.

Au début de l’été, la boutique sans argent a ouvert avenue Daumesnil, à Paris. Chacun peut y venir et prendre ce qui lui fait envie. Inutile de brandir un justificatif de chômage ni même de déposer un objet en échange. « La générosité est contagieuse », lance en souriant Mme Fischkandl, la créatrice de cet espace de dons entre particuliers. Visiblement dotée d’une confiance en l’humanité aussi solide que ses soutiens institutionnels (région Ile-de-France, mairies de Paris et du 12e arrondissement, qui prête le lieu), l’ancienne chargée de communication dans l’associatif n’a observé « aucune razzia » depuis l’inauguration.
Un mariage à zéro euro

Devant le portant à vêtements adultes, Béatrice Lanouar hésite, chemisier tendu à bout de bras, comme s’il allait lui coûter une fortune. La quinquagénaire semble jouer à la cliente, ce qu’elle n’a plus guère le loisir d’être avec son emploi aidé à 570 euros mensuels. « Je prends ce qui me plaît, c’est un bonheur ! Personne ne m’a jamais rien donné. Mais si je ne porte pas, je ne garde pas, il ne faut pas abuser de la générosité des gens. » A son arrivée, elle s’est empressée de déposer sur le comptoir un soutien-gorge acheté quelques euros en promotion. Trop grand, une autre en profitera.

C’est à Mulhouse (Haut-Rhin), en 2010, que s’est créé le premier Magasin pour rien associatif, d’inspiration allemande. Paris et Rennes ont emboîté le pas. Un indice, parmi tant d’autres qu’il n’est pas possible de lister, de l’actuelle floraison d’initiatives ayant la gratuité pour principe. Un jour, l’œil est attiré par une énigmatique ardoise accrochée au mur d’un bistrot : « 3 cafés suspendus. » Et le serveur d’expliquer ce système tout récent en France : payez votre café le double de son prix, vous en offrirez un au client suivant, qui n’en a pas les moyens. Fred Machado, le patron de Chez Fred, à Bordeaux, est un convaincu. « Ce ne sont pas les clochards qui en profitent, eux veulent des bières. Plutôt les étudiants et les retraités en fin de mois. C’est sans abus, une fois de temps en temps. Et mes clients adorent. Ils font une bonne action pour 1,50 euro. »

En savoir plus sur cet article de Pascale Krémer (Le Monde) http://www.lemonde.fr/m-plan-b/article/2015/09/07/et-si-tout-devenait-gratuit_4748011_4498071.html#wl7vd477WwjDhKUI.99

Article qui fait écho à un article qui avait fait beaucoup de buzz sur tinkuy à l'époque : http://www.tinkuy.fr/service/l-ere-du-gratuit

En quoi est-ce responsable ?

  • Je-reduis-ma-facture Je réduis ma facture
  • Je-sensibilise-mon-entourage Je sensibilise mon entourage
4

Aidez à construire la réputation de Fred en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :

D'un autre côté vu tout ce qu'on jette, on pourrait ne serait ce que donner ce qui est encore utilisable et ça participerait déjà pas mal à cette démarche de "don"

2015-09-22 09:39:49 UTC
1

Tout à fait d'accord !

2015-09-22 09:54:10 UTC
1

Merci Fred :-)

2015-09-22 10:06:07 UTC
0

"La générosité est contagieuse", une belle expression :)

2015-11-12 10:35:57 UTC
0
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter
Mots-clés associés
don
, gratuit
, solidarite
, tendance
, solidarité