Conseil
6

Insecticides, pesticides... naturels

2012-02-10 11:45:37 UTC
Open-uri20120328-3658-jt6ihe-0?1332955029

Je vais vous proposer quelques recettes des anciens pour lutter contre les insectes, maladies et autres limaces de façon naturelle.
Viendront plus tard des méthodes plus techniques (utilisation d'insectes prédateurs...)

LES PURINS 

PREPARATION 

Le purin est obtenu suite à la fermentation d’extraits végétaux dans de l’eau à température ambiante.

Il répond à deux besoins fondamentaux du jardinage biologique prévenir les carences et guérir au cas où…

Prévenir :
Ne perdons pas de vu qu’en jardinage biologique les composts fournissent les nutriments essentiels aux plantes et préviennent toutes carences tout en structurant les sols.
Toutefois, qui n’a pas constaté qu’un léger dérèglement de ceux-ci pouvait avoir des conséquences plus ou moins importantes sur le jardin.
Pour palier à ces insuffisances car il est directement assimilable, l’application de purin peut être nécessaire, apportant nutrition et éléments constituants, stimulant la croissance et les défenses immunitaires.

Guérir :
Les purins selon leurs origines végétales, ont la faculté de faire fuir par leur odeur, insectes et parasites, éradiquer les invasions par ceux-ci ou agir en fongicide.


Fabrication :

Matériel :

o Le contenant :
Cela va du seau « ménager » d’une contenance de 15l à la poubelle de 100l voir plus. Utiliser des contenants en plastique, bois ou inox mais éviter les seaux en fer qui interféreraient dans la nature du produit.
Stocker :
Des cubitainers trouvés en GSB ou récupèrer de vieilles baignoires avec des planches pour couvrir (se remplissent avec la pluie).

o Les filtres :
Différentes écoles : soi on facilite le gros du filtrage en début de préparation en enserrant les plantes dans des sacs de toile fine ou des filets à pommes de terre, soi l’ensemble des opérations se fera à la fin par l’intermédiaire de passoires et tamis.
A savoir que si la première option semble plus astucieuse, la seconde facilitera le brassage du mélange.
Un entonnoir

o Le petit matériel :
Ciseaux, cisailles ou gros couteau.

o Le pesage :
Une balance de cuisine peut suffire.

o L’application :
Un pulvérisateur d’une contenance de 3 à 10l selon votre jardin.
Un arrosoir de jardin de 11 à 14l.

Préparation :

1. Prenez soin de choisir un récipient d’un volume d’un quart supérieur à celui de votre mélange.
Mettre les plantes grossièrement hachées dans un volume d’eau équivalent à la quantité de produit souhaité.
Prenez de l’eau de pluie ou de source, elles ne seront d’aucune incidence sur le résultat final. Si toutefois vous n’avez que de l’eau du robinet à disposition, laissez là reposer plusieurs jours afin que le chlore s’évapore et si elle est trop calcaire, versez du vinaigre d’alcool afin de faire baisser le pH (environ 2 cuillères à soupe par litre).
Couvrez d’une toile.

2. Brassez chaque jour quelques minutes, vous éviterez ainsi le manque d’oxygène qui entraînerait la putréfaction de votre préparation.
Vous verrez apparaître de l’écume en surface au bout de quelques jours par réaction chimique suite à la fermentation, surveillez là, lorsque celle-ci disparaît, c’est tout bon, soutirez et filtrez sans attendre.
La fermentation ira d’autant plus vite que la température est élevée mais nécessitera davantage d’attention.
Parlons de choses qui fâchent, l’odeur, vous pourrez l’atténuer en versant une poignée de camomille, de valériane, d’angélique ou encore de poudre de roche dans le mélange.

3. Filtrez à l’aide d’un linge, d’un tamis, d’une passoire afin de bloquer le processus de fermentation.

4. Versez dans vos cubitainers et stockez à l’abri de la lumière.
N’oubliez pas d’indiquer sur chacun l’origine du purin.
Vous pourrez ainsi les conserver quelques mois.


Utilisation :
En arrosage ou pulvérisation selon la nature du produit et l’effet recherché
La macération de tabac, ail, orties:

Pyrèthre: 

Le groupe des Pyrèthres comprend plusieurs plantes de la famille des astéracées ou composées (anciennement synanthérées). Parmi celles qui croissent en France, les deux principales au point de vue médicinal sont la Camomille Pyrèthre (Anthemis pyrethrum) et le Pyrèthre matricaire (Pyrethrum Parthenium), et entre celles cultivées à l’étranger, dont les produits font depuis longtemps l’objet d’une grande importation chez nous, figurent d’abord le Pyrèthre de Dalmatie, puis celui du Caucase. Ne pouvant malgré leur utilité introduire ces différentes plantes dans le Jardin familial, j’ai choisi le Pyrèthre de Dalmatie qui, actuellement, jouit d’une grande vogue par son action insecticide sur les divers déprédateurs de nos jardins, vergers et vignobles, sans oublier les parasites indésirables sur nous et nos animaux domestiques.Le semis du pyrèthre a lieu en février ou mars, à l'intérieur (20-22°C), en recouvrant les graines d'à peine un centimètre de terre fine. On repique en pleine terre en mai ou juin, en espaçant les plants de 30 à 40cm. La plante peut être multipliée par division de la touffe, au printemps ou à l'automne.De juin à septembre. Les fleurs sont récoltées le matin, par temps sec et chaud, lorsqu'elles sont pleinement épanouies.Le pyrèthre d'Afrique, Anacyclus pyrethrum, ou camomille marocaine, utilisé comme plante médicinale ; Le chrysanthème de Perse, Chrysanthemum coccineum , dont les fleurs blanches, roses ou rouges sont cultivées pour leurs qualités ornementales, et renferment de petites quantités d'un insecticide à base d’un groupe d'esters appellé pyréthrine.

 -Tanacetum argenteum ou Tanaisie argentée :

Plante de rocailles

-Tanacetum coccineum

Chrysanthemum coccineum

Pyrethrum coccineum

La pyrèthre est une plante vivace qui aime le plein soleil et un sol bien drainé. Elle est facile à cultiver et n'est pas la proie des maladies ou insectes ravageurs. La floraison est Juin et Juillet et elles attirent les papillons. De 65-80 cm de haut par 40 d'étalement

-Tanacetum niveum jackpot ou Tanaisie

La tanaisie est une plante vivace qui aime le plein soleil et un sol bien drainé. La saison de floraison est Juillet, Août, Septembre. Utilisé pour les jardins de rocailles. 50 cm de hauteur et 40 cm d'espacement

-Tanacetum vulgare, Chrysanthemum vulgare ou Tanaisie commune

La tanaisie commune est une plante sauvage rustique qui pousse dans les champs. Certains utilisent encore l'ancien nom Tanacetum vulgare. Ces plantes aiment le plein soleil. Elle produit de petites fleurs jaunes qui a une odeur qui ressemble au camphre, et un feuillage au nombreux folioles qui ressemble à de la fougère. La floraison est en été et à l'automne. Le feuillage semble éloigne les insectes. Jusqu'à 150 cm de hauteur

 

Le pyrèthre, pesticide naturel, peut-il être utilisé au jardin ?

Le pyrèthre de Dalmatie (Tanacetum cinerarifolium) est une plante herbacée vivace de la famille des composées, à feuilles de cinéraire et qui dégage un parfum pénétrant. Cette espèce s'est répandue à travers le monde à la manière d'une plante ornementale et comme un moyen pour lutter contre les insectes nuisibles. Ses fleurs, ressemblent à des chrysanthèmes.

 

Autre nom : Chrysanthème insecticide - Pyrèthre de Dalmatie

Famille : Astéracées

Feuillage : Vert clair

Hauteur : 10 cm

Couleur des fleurs : Blanc - Jaune - Rose - Rouge

Utilisation jardin d'ornement : Bordure - Massif

Sol : Sec et calcaire

Expo : Mi-ombre - Soleil

Entretien : Arrosage normal

Port : Erigé en touffe

 

Pyrèthrines naturelles: pas si inoffensives :

 

Il y a quelques années sont apparues des pyréthrinoïdes de synthèse, préparé dans des laboratoires et dont la composition se rapproche de celle du pyrèthre naturel. C'est aujourd'hui la famille d'insecticides la plus utilisée. Ces puissants insecticides qui ont été jusque là fabriqués par les firmes phyto-pharmaceutiques sous la forme de produits de synthèse appelés logiquement pyrèthrinoïdes de synthèse. Regardez sur les boîtes de vos produits de traitement de votre jardin, leurs noms se terminent toujours par « thrine »: bifenthrine, deltaméthrine,…

 

Cette catégorie de pesticides est réputée pour ne pas faire de quartier chez les insectes qu’ils soient utiles ou nuisibles. Ils sont également nocifs pour les organismes aquatiques, d’où des précautions d’emploi au bord des rivières et des plans d’eau !

Dotés d'une toxicité considérable et agissant par contact, ils tuent presque instantanément les insectes par effet choc neurotoxique (attaquent le système nerveux), permettant de les utiliser à des doses très réduites (10 à 40 g de matière active/ha).Les pyréthrines sont en tout cas moins toxiques pour les mammifères (humains...)et les oiseaux que beaucoup d'insecticides de synthèse et se décomposent facilement par exposition à la lumière(biodégradables).

 

Mais voilà qu’avec l’essor du jardinage bio ou éco-jardinage on a voulu nous vendre un insecticide écolo issu de la même famille mais labellisé je cite « utilisable en agriculture biologique ». Vendu sous la dénomination insecticide biologique (par différentes marques grand-public) les pyrèthrines naturelles sont pour le coup issues directement de la plante (et pas de purs produits de la chimie). Cette pseudo-origine naturelle a créé la confusion chez certains jardiniers non-initiés à ce genre subtilités commerciales.

 

Et c’est cette confusion qui est nocive car ce même jardinier (peut être vous..), faisant confiance à l’origine naturelle de l’insecticide, le considère comme moins nocif et donc prend moins de précaution lors des opérations de traitement de ses plantes.

 

Certes les pyrèthrines naturelles se dégradent très vite à la lumière (en quelques heures) ce qui réduit en un sens leur impact sur l’environnement (du moins à long terme). Cependant ils restent mortels pour les insectes utiles, notament les abeilles, et pour les organismes aquatiques.

 

L’utilisation de pyrèthre ne doit se faire qu’en dernier recours et avec parcimonie. En effet les pucerons (par exemple) ont la facheuse manie de devenir resistants aux produits de synthèse (qui contiennent une molécole unique). Seul l’extrait véritable de pyrèthre qui contient une grande varièté de formes chimiques limite ce risque. Hors cet extrait étant trop couteux à produire les insecticides que l’on trouve dans le commerce ne sont pas sans risques (même ceux qualifiés de naturel…).

 

L'application de ce pesticide naturel (le mieux pour en être sur étant de le fabriquer soi même), se fait sous forme de suspension dans l'eau ou dans l'huile, ou sous forme de poudre.

 

PURIN DE PYRETHRE:

 

(Tanacetum cinerarifolium)

 

Quantité:

Faire fermenter 70gr/l de fleurs séchées

 

Utilisation:

Insecticide contre acariens, aleurodes, mouches du chou, de la carotte et pucerons

 

Application :

Pulvérisation, dilution: 20%

 

Avertissement :

Prendre toutes les précautions d’usage pour la manipulation et l’application de vos préparations.

Arreter le traitement deux/trois semaines avant récolte pour les plantes comestibles.

 

 PURIN D'ORTIES:

Les orties sont très efficaces contre différentes maladies de vos arbres et arbustes, peut être associer au purin de tabac et à vos restes d'ail.

PURIN DE TABAC: 

Les insectes aussi savent que c'est mauvais, poison mortel, ne pas ingèrer. Il peut être associer à l'ortie et à l'ail (pesticide efficace contre les microbes et bactèries).

LES CENDRES LE CHARBON ET LES COPAUX: 

Tapir le sol de copaux(miettes) de bois autour des plantes; entourer le tout d'une petite barrière de cendres et miettes de charbon. Les limaces escargots et insectes rampants auront bien du mal à parvenir là. Vérifier "l'instalation" après les pluies.

De plus cela protège vos plantes du froid et leurs apporte un plus nutritif.

En quoi est-ce responsable ?

  • Je-reduis-ma-facture Je réduis ma facture
  • Je-reduis-mes-dechets Je réduis mes déchets

Montargis

3

Aidez à construire la réputation de Tinkuy en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :

Il y a également le purin de consoude (voir article TINKUY).

2012-02-11 18:06:20 UTC
0
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter
Mots-clés associés
insecticides
, pesticides
, produits naturels