Agriculture-bio-rentabilite-conventionnel-maraichage-viticulture-lait

Pas de doute, l’agriculture bio est moins productive que le conventionnel mais elle a de meilleures performances économiques, estime l’INSEE dans une nouvelle étude. Grâce à des ventes en circuit court, l'absence notable d'intrants chimiques et des prix de vente plus élevés, les agriculteurs bio s’en sortent mieux.

C’est une étude d'une ampleur inédite que vient de publier l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) sur la performance économique de l’agriculture biologique comparée à celle du conventionnel. L'Institut a étudié la rentabilité de 1 800 fermes bio et de 28 000 exploitations conventionnelles. Trois secteurs sont représentés : le maraîchage, la viticulture et la production laitière. Selon ces travaux, l’agriculture bio est plus rentable que le conventionnel.

Davantage de salariés mais des économies sur les intrants chimiques

Du côté des viticulteurs bio, le chiffre d’affaires moyen est de 17 000 euros par hectare, soit… 46 % de plus qu’en conventionnel ! Une différence d’autant plus surprenante que les frais de personnel y sont une fois et demi supérieur. "Près de 0,14 équivalent temps plein salarié par hectare en bio contre 0,08 en conventionnel", détaille l’INSEE. Cela s’explique, d’une part, par des prix de vente supérieurs de 10 % à 40 % selon les produits. D'autre part, la différence est due au nombre d'exploitations bio en zone AOP (Appellation d’origine protégée). Au final, l’excédent brut d’exploitation (EBE) est de "6 400 euros à l’hectare contre 3 700 euros pour les viticulteurs conventionnels".

Pour le secteur du maraîchage, le chiffre d’affaires des producteurs de légumes bio est inférieur à celui des producteurs conventionnels (10 900 euros contre 12 500 à l’hectare). Mais "les maraîchers bio utilisent moins d’intrants de synthèse (engrais, amendements, produits de protection des plantes…) et économisent ainsi sur les consommations intermédiaires", note l’institut. L’EBE est donc de 3 300 euros en moyenne pour les bio contre 2 500 pour les conventionnels.

De la vente en circuit court permet de "capter davantage de la valeur finale du produit"

Pour la production laitière, ce sont notamment les aides à l’agriculture bio qui permettent au secteur d’avoir un EBE supérieur de 20 % en moyenne au conventionnel. Les éleveurs laitiers bio ont une productivité par animal plus faible (entre 20 et 25 %) par rapport aux élevages conventionnels. Les prix de ventes plus élevés que dans le conventionnel ne "suffisent pas à compenser le différentiel de productivité", estime l’INSEE qui relativise toutefois : "ces élevages ont des moindres dépenses en charges externes. Ils nourrissent principalement leurs animaux de fourrages provenant de l’exploitation".

Globalement, pour ces trois secteurs, les agriculteurs bio privilégient en grande majorité les circuits courts ce qui permet de "capter davantage de la valeur finale du produit et donc d’améliorer ses résultats économiques". D’autant que dans la bio, les marges de la grande distribution sont très importantes. Selon une étude de l’UFC Que Choisir publiée en août, elles seraient deux fois plus élevées que dans le conventionnel.

Marina Fabre, @fabre_marina

http://www.novethic.fr/actualite/environnement/agriculture/isr-rse/l-agriculture-bio-est-plus-rentable-que-le-conventionnel-145229.html

En quoi est-ce responsable ?

  • Je-sensibilise-mon-entourage Je sensibilise mon entourage
6

Aidez à construire la réputation de Capucine en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter
Mots-clés associés
bio
, agriculture
, insee
, rentabilité