Conseil
9

L'eau potable produite par le vent!

2013-09-09 16:24:35 UTC
Blog_16.1

Près d’un humain sur neuf n’a pas accès à de l’eau potable dans le monde, ce qui favorise l'apparition de nombreuses maladies. Le projet Wind4Water pourrait faire évoluer la situation en fournissant de l’eau à moindre coût produite à partir d’une énergie renouvelable. L’idée de base : associer des unités de filtration-dessalement à des éoliennes de taille modeste.

L’accès à l’eau potable a été reconnu par les Nations unies comme un droit humain fondamental en 2010. Pourtant, en 2011, environ 768 millions de personnes n’avaient toujours pas accès à des points d’eau (chiffres de l’OMS), sachant qu’ils doivent fournir au minimum 20 litres par jour et par citoyen, tout en se situant à moins d’un kilomètre des lieux où le liquide est utilisé. Parmi les personnes ciblées, 185 millions utilisaient alors des eaux de surface.

Or, la consommation d’eau insalubre ferait en moyenne 3,6 millions de morts par an, notamment à cause de l’apparition de maladies telles que le choléra, la fièvre typhoïde ou la diarrhée, pour ne citer que quelques exemples. En réalité, elle serait même la première cause de mortalité dans le monde, et touche principalement les enfants de moins de 15 ans (trois millions de morts par an).

Les raisons de ce manque d’accès sont diverses et variées. Certaines îles disposent de nappes phréatiques trop petites en regard de la taille de la population. En d’autres lieux, les ressources hydriques ne manquent pas, mais elles sont polluées (herbicides, métaux lourds, etc.) et donc impropres à la consommation. Pour pallier ces problèmes, une société américaine a eu l’idée d’associer et d’adapter deux technologies qui ont fait leurs preuves.

Le projet Wind4Water a vu le jour sous la houlette de la société américaine Associated Wind Developers. Concrètement, il s’agit d’installer dans les régions en difficulté un système de filtration-dessalement fourni clés en main, avec les éoliennes requises pour le faire fonctionner. Il peut traiter l’eau de mer, des rivières, des lacs ou des puits. Le recours à une énergie renouvelable pour alimenter les installations est avantageux, puisqu’il ne faut pas acheter de carburant fossile polluant et bien souvent importé.

Fournies par l’entreprise Water Management Group (WMG), les unités de filtration-dessalement exploitent le principe de l’osmose inverse. Le liquide à traiter est soumis à une pression (50 à 80 bars) supérieure à sa pression osmotique (29 bars pour l’eau de mer) contre une membrane uniquement perméable aux molécules d’eau. Les solutés présents dans le liquide de départ sont donc retenus. L’eau purifiée est ensuite transférée vers des cuves de stockage, d’où elle est injectée dans un réseau de distribution. Les pompes en jeu, y compris celle augmentant la pression, sont électriques et alimentées par une à trois éoliennes.

Dotées de trois pales longues de 21 m, ces structures sont produites par le groupe américain Aeronautica Windpower. Le modèle choisi affiche une puissance nominale de 750 kW. Il a été choisi pour sa taille, puisque les mâts font de 50 à 65 m de haut, ce qui le rend facilement transportable et assemblable, y compris dans des lieux reculés.

Le 21/08/2013 à 15:21 - Par Quentin Mauguit, Futura-Sciences'

En quoi est-ce responsable ?

  • Je-sensibilise-mon-entourage Je sensibilise mon entourage
5

Aidez à construire la réputation de Vente-ecologique.com en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter