Default_publication_picture_show

Prévenir l’obésité dès la naissance

Il grignotera entre les repas, adorera les fast-foods et restera scotché à la télé quand il n’aura pas le nez plongé dans sa console de jeu. Bien entendu, il aura aussi quelques kilos en trop… Problème de surpoids et d’obésité, c’est peut-être ce qui attend votre bout de chou, si vous ne lui montrez pas, dès ses premiers jours, la voie d’une vie saine et équilibrée.

La lutte contre l’obésité doit commencer très tôt, dès la naissance , affirme avec conviction Patrick Garandeau, responsable de l’unité obésité infantile à l’Hôpital d’Enfants de Saint-Denis. Et pour cause, le constat est plutôt alarmant à La Réunion. Selon une étude, plus de 27 000 enfants âgés entre 3 et 14 ans souffriraient d’obésité ou accuseraient un surpoids important. Sont incriminés principalement les facteurs suivants : Fast-food, boissons sucrées et manque d’exercice physique. Mais cela n’explique pas tout. Certains enfants sont prédisposés à devenir obèses. Par conséquent, les parents doivent veiller à ce que leur progéniture adopte une hygiène de vie saine et équilibrée le plus tôt possible.

Reconnaître les signes et agir

L’obésité infantile ou le surpoids est un excès de graisse. Mais il n’y a pas lieu de s’inquiéter si votre bébé est bien potelé, au contraire. Il a besoin de réserve. Et tant que sa courbe de poids, présente dans le carnet de santé, est harmonieuse… Il n’y a pas de quoi sonner l’alarme. En revanche, si cette même courbe pointe brusquement vers le haut et qu’elle franchit successivement les deux courbes officielles, c’est le moment de se mobiliser, de rectifier le tir avant que l’obésité ne s’installe chez votre enfant. Face à cette prise de poids excessive, on tentera alors de freiner l’accumulation de kilos supplémentaires, sans chercher à le faire maigrir, jusqu’à ce que sa croissance prenne le relais. C’est d’autant plus facile à mettre en place que l’enfant, contrairement à l’adulte, est plus réceptif aux changements d’habitude de vie, d’alimentation et d’exercice physique. Quand les kilos s’accumulent… L’obésité représente un risque immédiat et futur pour l’enfant en terme de souffrance physique. Beaucoup d’enfants ne peuvent déjà plus pratiquer d’activité physique car ils ont des problèmes d’articulation, d’autres souffrent de diabète, de troubles respiratoires, de cholestérol… Mais la souffrance n’est pas que physique , poursuit Patrick Garandeau, elle est aussi psychologique. Rejeté et ridiculisé par ses petits camarades, l’enfant obèse souffre énormément de façon indirecte et de manière pas toujours visible. C’est aux alentours de 3-4 ans que l’enfant commence à comprendre qu’il est physiquement différent. C’est à ce moment-là qu’il va adopter une attitude (timide, bout en train, solitaire…) pour faire face aux railleries de ses petits camarades. Plus tard, si les mauvaises habitudes persistent, la souffrance de l’enfant va monter crescendo pour atteindre son paroxysme à la puberté. J’ai rencontré beaucoup d’adolescents obèses en situation d’échec scolaire. D’une intelligence normale, mais rejetés par tous, ils se sentent nul et perdent leur estime de soi. Hélas, bien souvent, cette détresse psychologique est compensée par des apports caloriques immodérés. Ce qui ne fait qu’alimenter ce cercle vicieux, dont un des risques majeurs est la persistance de l’obésité à l’âge adulte avec son cortège de complications.

En quoi est-ce responsable ?

  • Je-reduis-ma-facture Je réduis ma facture
  • J-economise-l-energie J'économise l'énergie
  • J-ameliore-le-quotidien J'améliore le quotidien
  • J-achete-responsable-durable J'achète responsable / durable
  • Je-respecte-la-biodiversite Je respecte la biodiversité
  • Je-respecte-les-libertes-individuelles Je respecte les libertés individuelles
  • Je-sensibilise-mon-entourage Je sensibilise mon entourage

bretagne

0

Aidez à construire la réputation de Femmedebretagne en votant pour cet article :

Les commentaires :
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter