Maxime-de-rostolan-microferme

Maxime de Rostolan préfère prévenir : il est hors de question de le prendre en photo dans un champ une bêche à la main. S’il s’est quelquefois prêté à ce jeu devant les objectifs, au début de l’aventure Fermes d’avenir, c’est aujourd’hui terminé. « Je ne ferai pas croire que je suis agriculteur », explique-t-il simplement.

Tant pis pour la belle histoire qu’on aurait été tenté de raconter. Celle d’un jeune ingénieur de 35 ans originaire des beaux quartiers de la banlieue parisienne, reconverti en paysan militant sur un petit bout de terre de la région tourangelle…

C’est de toute façon dans l’Est parisien qu’il nous a donné rendez-vous aujourd’hui, chaussures urbaines aux pieds et look ni trop chic ni trop cool, dans cette même capitale où il passe environ deux jours chaque semaine depuis qu’il a lancé, à la fin de 2013, en Indre-et-Loire, son projet de microferme. « Je peux être remplacé pour le travail aux champs, mais plus difficilement dans la recherche de financements », dit-il pour donner les raisons de sa présence régulière ici.

Agroécologie, permaculture et rentabilité
Depuis deux ans, ce père de deux enfants pilote donc la ferme expérimentale de la Bourdaisière, du nom du château auquel elle est adossée dans la commune de Montlouis-sur-Loire (Indre-et-Loire), à une poignée de kilomètre de Tours. Le domaine appartient à Louis-Albert de Broglie. Surnommé le « prince jardinier », ce passionné de botanique est surtout le propriétaire de la société de taxidermie Deyrolle, qui a embauché Maxime en 2007 pour rédiger des planches pédagogiques illustrant les enjeux du développement durable, début de leur collaboration.

Il lui laisse aujourd’hui quartier libre pour gagner le pari qu’il s’est fixé avec cette exploitation : « Prouver que l’agroécologie est plus rentable que l’agriculture conventionnelle » et « savoir quel revenu un agriculteur, avec trois salariés, peut générer » sur un peu plus d’un hectare cultivé selon les méthodes « de la permaculture et du biomimétisme. »

Pas besoin de poser la question… En bon pédagogue habitué à défendre son projet, Maxime de Rostolan détaille cette forme d’agriculture biologique qui cherche une production « harmonieuse avec la nature », durable, économe en travail et en énergie, en utilisant « des écosystèmes naturels ». Il accompagne son explication d’un mouvement de main circulaire – représentant un écosystème – qu’il réitère régulièrement pendant la conversation.
Ainsi, à la ferme de la Bourdaisière, la fertilisation des sols se fait uniquement par la décomposition de matière organique (feuilles mortes, paille, etc.). Les rangs des légumes destinés à la vente alternent avec ceux de jolies fleurs dont les odeurs font fuir les insectes nuisibles. On valorise d’ailleurs les légumes perpétuels (qui repoussent naturellement chaque année) : artichauts, rhubarbe, oseille, etc. ; des tours à patates, installations pour faire pousser des pommes de terre à la verticale, permettent d’optimiser l’espace ; des cochons sont utilisés pour labourer la terre. La liste de ces interactions naturelles entre les êtres vivants, utilisables en permaculture, est bien longue.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/03/02/maxime-de-rostolan-ingenieur-et-payculteur_4874738_4401467.html#kJ5KWKJX73pDX2pe.99

En quoi est-ce responsable ?

  • Je-reduis-mes-emissions-de-ges Je réduis mes émissions de GES
  • J-ameliore-le-quotidien J'améliore le quotidien
  • Je-respecte-la-biodiversite Je respecte la biodiversité
  • Je-sensibilise-mon-entourage Je sensibilise mon entourage
4

Aidez à construire la réputation de Capucine en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :

Quand je lis ça je suis stupéfait :
savoir quel revenu un agriculteur, avec trois salariés, peut générer » sur un peu plus d’un hectare cultivé...
1 seul hectare, vraiment ?!!!?
Si cela est possible cela serait une preuve indiscutable mais le challenge va être compliqué !
Quel type de culture est prévu sur cet hectare?

2016-03-03 18:01:04 UTC
0
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter