Conseil
30

Produire sur place ce que nous mangeons

2015-08-31 11:41:56 UTC
Autonomie-alimentaire

La petite commune d’Ungersheim (2000 habitants) dans le Haut-Rhin a été très influencée par le mouvement des Villes en Transition, comme en témoigne son maire Jean-Claude Mensch : « Je suis maire depuis 25 ans. À la base j’avais des convictions écologiques mais pas une vision aussi claire qu’aujourd’hui. Notre action a connu un vrai tournant en 2011 quand on a pris connaissance de la démarche des Villes en Transition. » La commune avait déjà élaboré son plan climat en 2006 mais dès lors, elle structure sa politique autour de l’idée d’autonomie intellectuelle, énergétique et alimentaire, déclinée en 21 actions.

Premiers pas vers l’autonomie

Dans cette commune encaissée au creux d’une vallée des Vosges assez peu fertile, les habitants s’interrogent sur leur approvisionnement en cas de raréfaction (ou d’explosion du coût) du pétrole. Il s’avère que la situation ne serait pas brillante : « Nous sommes essentiellement livrés par camion, témoigne Jean-Claude Mensch, et nous nous trouverions rapidement en situation de pénurie. » Ungersheim est pourtant entourée de près de 900 hectares de terres agricoles mais vouées à des monocultures de maïs ou de céréales destinées à l’exportation.

Le conseil municipal décide alors d’utiliser les terres sur lesquelles il a la maîtrise foncière pour contribuer à nourrir la population. Il rachète le bail de terres agricoles communales louées à un céréalier et y installe une exploitation maraîchère bio sur huit hectares, gérée par une association d’insertion : les jardins de Cocagne. Celle-ci produit aujourd’hui 300 paniers par semaine de légumes et fait travailler trente personnes. Jean-Claude Mensch et son équipe signent un bail environnemental avec un agriculteur bio voisin qui dispose de deux hectares et soutient une ferme de cinquante hectares d’une commune voisine (mais qui exploite sous son bail) dans sa conversion au bio. Petit à petit la commune grignote du terrain. Sur ces terres sont produits des légumes, mais également des légumineuses pour remplacer partiellement la viande « trop énergivore et que l’on consomme trop » selon le maire, ainsi que des céréales panifiables, parmi lesquelles des variétés anciennes. Il reste aussi quelques éleveurs sur la commune, « qui ne sont pas en bio souligne Jean-Claude Mensch, mais qui travaillent dans des conditions d’élevage extrêmement correctes ».

Dans le village, l’un des éleveurs a ouvert une boucherie-charcuterie, un autre organise régulièrement un marché à la ferme ; en saison, les jardins de Cocagne proposent chaque semaine le marché des trèfles rouges, où ils vendent les produits de leur exploitation. Mais l’équipe municipale veut aller plus loin.

Lire l'article complet : http://www.kaizen-magazine.com/produire-sur-place-ce-que-nous-mangeons/

En quoi est-ce responsable ?

  • Je-reduis-ma-facture Je réduis ma facture
  • J-economise-l-energie J'économise l'énergie
  • Je-reduis-mes-dechets Je réduis mes déchets
  • J-ameliore-le-quotidien J'améliore le quotidien
  • J-achete-responsable-durable J'achète responsable / durable

Ungersheim france

3

Aidez à construire la réputation de Greenpower en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter