Steve%e2%80%9d_n%e2%80%99est_finalement_pas_une_aurore_bor%c3%89ale

Vu depuis l’espace, c’est un gigantesque mur de lumière, de 1000 km de hauteur, en forme d’arc centré sur le pôle magnétique de la Terre. Depuis le sol, c’est un mince ruban mauve qui traverse le ciel d’est en ouest, et qui apparaît une quinzaine de fois par an, surtout au printemps et à l’automne. Il est très prisé des chasseurs d’aurores boréales, qui le photographient depuis des décennies, et ce, alors même que… ce n’en est pas une. Car “Steve”, comme ils l’ont baptisé, n’a pas la même couleur, ni la même forme. Il apparaît toujours à des latitudes beaucoup plus basses. Et, surtout, le phénomène physique qui en est à l’origine semble bel et bien différent. C’est ce qu’indique une nouvelle étude menée par Eric Donovan, de l’université de Calgary, au Canada, qui reprend l’idée de ses confrères en 2016 de faire de “Steve” l’acronyme de Strong Thermal Emission Velocity Enhancement.

En quoi est-ce responsable ?

  • Je-reduis-mes-dechets Je réduis mes déchets
5

Aidez à construire la réputation de Lenaabuhanna en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter
Mots-clés associés
sciences
, steve
, aurore borÉale