Open-uri20120328-3658-rhd8db-0?1332955189

Suppression de la taxe sur les sacs plastiques : le Sénat et le gouvernement favorisent le jetable

10 décembre 2010, 10 h 26



© C. Magdelaine / notre-planete.info


Dans le cadre du projet de loi de finances pour 2011, le Sénat a adopté mardi 7 décembre un amendement supprimant à l’article 66 le dispositif de taxation des sacs en plastique non biodégradables distribués en grande surface. Le principe de cette taxe à hauteur de 20 centimes d’euros par sac avait été précédemment adopté par les députés à l’Assemblée Nationale et était également soutenu au Sénat par le rapporteur général du budget Philippe Marini, UMP.

Après l’abandon de la taxe carbone et celui de l’affichage environnemental des produits, engagements phares du Grenelle, cette politique de régression environnementale signe à nouveau le triomphe de la versatilité sur la cohérence. L’opinion publique est extrémement sensible aujourd’hui à la catastrophe écologique causée par les sacs plastiques. Comment peut-on comprendre un tel renoncement après une mobilisation considérable des consommateurs, des pouvoirs publics et des industriels depuis plusieurs années ? Pourquoi décourager ainsi les changements salutaires des comportements ?

Symbole d’une politique environnementale décousue

Le vote d’hier ne représente en rien la levée d’une « fiscalité disproportionnée », comme l’a déclaré François Baroin, Ministre du Budget. Il n’a pour seul effet que de retarder l’évolution à laquelle est contrainte la grande distribution. Alors que les consommateurs ont déjà adopté aussi bien dans les grandes surfaces que dans le petit commerce les sacs réutilisables, la suppression de cette taxe nie l’effort réalisé au quotidien par le plus grand nombre. Elle fait la part belle au chantage sur le pouvoir d’achat exercé par certains acteurs de la grande distribution.

Il est essentiel que nos élus sortent de la schizophrénie qui leur tient lieu de réflexion aujourd’hui en matière environnementale : en témoigne les déclarations du sénateur UMP Adrien Gouteyron, auteur de l'amendement de suppression, qui jugeait cette taxe « inopportune au regard de la chute spectaculaire du nombre de sacs utilisés, 1 milliard aujourd'hui contre 10,5 milliards il y a quelques années ».

Entre les avancées et les régressions, c’est en faveur de la société du jetable et non de la société du durable que le vote du Sénat français s’est porté.

Auteur
Organisation mondiale de protection de la nature

En quoi est-ce responsable ?

  • Je-reduis-mes-dechets Je réduis mes déchets
6

Aidez à construire la réputation de Frederic wetzel en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :

Je suis ravie d'apprendre que certaines taxes utiles disparaissent au profit de nouvelles taxes injustes, redondantes et imputées sur des touts petits ... la CFE ... sur le dos des auto-entrepreneurs ! Je vois qu'ils ne connaissent pas le travail d'équipe ! Je ne suis pas rassurée, mais eu vont l'être en recevant les chèques ! Désolé ....................... c'est un peu un coup de gueule en même temps !

2010-12-13 15:25:41 UTC
0

Tu as raison Tyvie! pour l'environnement, on recule en ce moment... enfin on recule à tous les niveaux! :-(

2010-12-13 15:37:25 UTC
0

En faveur des industriels du sac plastique. Société du durable, société du jetable, c'est bien trop complexe comme concept pour de vieux grabataires. Les mêmes qui t'expliqueront les yeux dans les yeux que les vieilles machines étaient bien mieux et plus solides... mais bon, on arrête pas le progrès...

On en recule pas, on oublie, on prépare 2012, on Lepénise les esprits... Elle, au moins, elle l'a compris...

Ok, je suis pessimiste aujourd'hui :)

2010-12-13 16:44:53 UTC
0
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter
Mots-clés associés
sac plastique