Conseil
0

une femme secrete

2017-09-11 21:50:38 UTC
Default_publication_picture_show

  • comment définir le secret ?

le secret se dit de ce qui est caché du savoir général ou de la vue,

Il y a différentes sortes de secrets. Certains sont ces choses qui sont cachées à notre compréhension, aussi appelées les mystères de la vie : comment les pyramides ont été construites, des miracles, des évènements inexpliqués. Il y a des secrets militaires - des affaires militaires confidentielles, la CIA et des espion Il y a des secrets où d'autres vous font des confidences.

Puis il y a des secrets d'ordre personnel - des choses que nous avons faites, ou que nous nous sommes fait faire, ou dans lesquelles nous étions impliquées que nous ne voulons divulguer à personne. D'habitude, il s'agit de quelque chose qui n'est pas socialement ou moralement acceptable.

Il y a différentes sortes de secrets personnels :

Tricher : Peut-être lors d'un examen, regarder un peu sur la feuille du voisin.
Mentir : Fausser les chiffres de notre déclaration d'impôts.
Voler : Manger des raisins que nous n'avons pas achetés lorsque nous marchons
dans l'allée du supermarché. Ceci est peut-être encore acceptable, mais
qu'en est-il du vol manifeste - voler quand nous étions adolescentes.
Peut-être avons-nous détourné de l'argent ?
Secrets sexuels : Une liaison illégitime, une grossesse involontaire qui s'est peut-être terminée par une adoption ou un avortement que vous n'avez révélé à personne. De la prostitution ? De la violence ? De l'homosexualité ? Un penchant pour la pornographie ? De l'inceste ?
Dépendances de drogues : Cela va du somnifère jusqu'à la cocaïne ou l'héroïne.

La liste est longue.

Nous gardons des secrets pour beaucoup de raisons. Nous les cachons par peur et honte. Nous craignons d'être rejetés. Que se passerait-il si - si nous nous démasquions et si nous nous révélions - nous sommes abandonnées par nos amis, notre famille ou peut-être même ridiculisées par nos ennemis. Nous craignons que l'image de notre personne soit ternie si nous montrons qui nous sommes en réalité. Il se peut que nous pensions que pour être acceptées par les autres, il faut que nous ayons l'air bien à tout prix. Peut-être que nous gardons nos secrets dans un vain effort d'effacer notre passé.

Après cette période de soulagement, certains symptômes sont décrits par les
femmes comme suit :

  1. Culpabilité ou culpabilité de survie - "J'ai tué mon bébé. Je me sens très coupable maintenant. Je souhaite ne plus exister."

  2. Des crises d'anxiété et de panique.

  3. Apathie psychologique - "Je ne me sens pas heureuse, je ne me sens pas triste. Je ne ressens rien. Je me sens dépourvue d'émotions." On a demandé à une femme dans un groupe, après qu'elle aie raconté son histoire : "Comment était-ce de raconter l'histoire de votre avortement ?" Elle a dit : "Je me suis sentie comme en l'air dans la pièce . . . et je me suis regardée d'en-haut raconter mon histoire." C'était comme si elle avait été incapable de réconcilier ses émotions avec les détails mêmes de ce qui lui était arrivé dans sa vie.

  4. Dépression - Beaucoup de femmes ont eu à un moment donné des envies de suicide après leur avortement.

  5. Syndrome de l'anniversaire - Des femmes se sentent parfois différentes, comme folles, à la date de naissance virtuelle du bébé ou à la date anniversaire de l'avortement. Certaines femmes ont des flashbacks de leur avortement.

  6. Anxiété concernant la grossesse ou la fécondité - Des femmes peuvent s'inquiéter d'être à nouveau enceintes. Ils se peut aussi qu'il y ait aussi interruption du processus de lien affectif lorsqu'elles ressentent qu'elles sont prêtes à avoir un enfant.

  7. Troubles de l'appétit.

  8. Abus d'alcool ou de drogue - Un comportement qui ne fait que masquer la douleur.

  9. Courte psychose réactionnelle - Une femme décrivait qu'elle marchait dans la rue d'une ville le jour du ramassage des ordures. Alors qu'elle se promenait dans l'allée, elle "pouvait entendre les bébés pleurer dans les poubelles." Elle était détachée de la réalité. Une autre femme s'est réveillée une nuit, après son avortement, a regardé ses mains et s'est écriée : "J'ai du sang sur mes mains." Elle poursuivait : "Je suis allée me laver les mains pour essayer de l'enlever mais ça ne partait pas."

Ces symptômes sont avant tout le résultat de trois phénomènes :

A. L'incapacité à traiter la peur, la culpabilité et la colère qui accompagnent la grossesse et l'avortement.

B. L'incapacité de porter le deuil du bébé - puisqu'il s'agit d'une perte de grossesse, il y a une perte du sentiment de porter un enfant.

C. Une incapacité à trouver la paix avec soi-même et avec ceux qui ont éte impliqués dans la décision d'avorter.

Beaucoup d'autres facteurs peuvent influencer la situation, les circonstances entourant la grossesse, par exemple. S'agissait-il d'une infidélité ? S'agissait-il d'inceste ? S'agissait-il d'un viol ? La personne était-elle célibataire ? Les règles pour faire l'amour ont-elles été brisées ? Chacune de ces circonstances apporteront un ensemble de dynamiques qui affecteront la
situation de la femme.

Le soutien est un autre facteur - de quel soutien bénéficiait-elle ? Etait-elle dans une situation où soit le petit ami ou le mari faisait pression sur elle pour se faire avorter ? A-t-elle fait pression sur lui pour qu'il accepte l'avortement ? Qu'en est-il de la famille et des amis ? L'a-t-elle raconté à quelqu'un ? A-t-elle franchi ses propres limites morales ou éthiques ?

Un endroit sombre et profond

Les secrets emprisonnent, ils cultivant la suspicion et peuvent parfois nous paralyser de la peur d'être découverts. Ce sont des parties de nous-mêmes que nous cachons et que nous gardons à couvert. C'est un sombre endroit qui sent le refermé , humide et froid et où rien ne s'épanouit sauf la peur. C'est souvent entouré de honte, de culpabilité, de confusion et -dans le cas de l'avortement- il peut y avoir des messages maternels confus pour la femme.

Si vous ne parlez à personne dans l'isolement de cet endroit sombre, cette peur augmentera.

En quoi est-ce responsable ?

  • J-ameliore-le-quotidien J'améliore le quotidien
  • Je-respecte-les-libertes-individuelles Je respecte les libertés individuelles
  • Je-sensibilise-mon-entourage Je sensibilise mon entourage
0

Aidez à construire la réputation de Femmedebretagne en votant pour cet article :

Les commentaires :
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter
Mots-clés associés
femme secrecte
, secrete bretonne
, vie femme