Stringio

Des panneaux solaires aux baies de myrtille ?! On connaissait déjà les vertus anti-oxydantes de ces baies, mais grâce à une découverte italienne, on a découvert ses vertus photosensibles qui pourraient, à l?avenir, révolutionner la filière photovoltaïque.



Une nouvelle génération de cellules photovoltaïques fonctionnant? à la myrtille a été élaborée ! Focus sur un capteur solaire révolutionnaire



À l'heure actuelle, les cellules photovoltaïques employées pour générer de l'électricité à partir de la lumière du soleil sont constituées de semi-conducteurs à base de silicium ou, plus rarement, d'autres éléments de même nature comme le tellurure de cadmium. Mais les recherches entreprises par des chercheurs de l'université « Tor Vergata » à Rome, pourraient permettre, prochainement, de fabriquer des cellules photovoltaïques à partir de procédés et de matériaux moins coûteux, favorisant ainsi la généralisation des installations solaires?



Comment fonctionne une cellule photovoltaïque classique ?

Ce composant électronique fonctionne selon le principe de l'effet photoélectrique employé par le physicien Antoine Becquerel dès 1839. Dans un corps semi-conducteur que l'on expose à la lumière, un photon d'énergie arrache un électron, créant au passage une sorte de trou. Normalement, l'électron va alors trouver un autre trou dans lequel se reloger, dissipant ainsi l'énergie générée par cette réaction. Le principe de la cellule photovoltaïque est de forcer énergie et trou à se recombiner chacun sur une face opposée du matériau, générant ainsi une différence de potentiel, c'est-à-dire une tension?



Une graine d'espoir

Propulsée au rang des énergies renouvelables les plus prometteuses, l'énergie solaire a fait l'objet de programmes d'études ambitieux portant sur les matériaux photo-voltaïques et leurs procédés de fabrication. L'objectif de ces recherches : réduire des coûts de fabrication et de recyclage encore bien trop élevés pour permettre une utilisation massive des panneaux solaires. Il faut savoir en effet qu'à l'heure actuelle, le silicium utilisé représente encore 60 % du prix d'un panneau solaire. Malgré les succès récents de la production de cellules photovoltaïques au silicium (avec 6,43 GW en 2009, elle est en hausse de 6 % par rapport à 2008), l'investissement qu'elles imposent constituerait, à terme, un frein au développement des installations solaires. On saisit dès lors tout l'intérêt que représentent les récents résultats obtenus par l'équipe de Rome dans le cadre de ses recherches sur un type de cellule solaire à base de simples myrtilles, évinçant les services hors de prix du coûteux silicium? Plus performantes et de moindre coût, elles pourraient bien se retrouver d'ici peu de temps sur le marché fort gourmand des nouveaux matériaux verts?



Une bonne tartine de génie

La myrtille est un fruit riche en anthocyanine, un composé naturellement photosensible. L'idée des chercheurs romains est simple : utiliser cette propriété photosensible pour substituer à l'onéreux silicium une simple pellicule de myrtilles. Bien moins chère, la petite baie bleue est donc envisagée comme une solution suffisamment efficace pour accélérer notre course effrénée à la révolution solaire. Mais l'aspect économique de cette nouvelle piste n'est pas le seul élément prometteur : techniquement parlant, la myrtille serait moins réactive aux modulations atmosphériques que le silicium. Plus sensible en somme à la luminosité, elle pourrait nettement améliorer les performances des panneaux solaires dans les régions les moins ensoleillées. À l'inverse, craignant peu la chaleur, elle conserve une productivité constante en cas d'élévation des températures. Que demander de plus ? Notre baie des forêts et des petits déjeuners semble avoir encore de beaux jours devant elle?



Le solaire en quelques chiffres

Les pays européens représentent 74 % du marché mondial des panneaux photovoltaïques, avec un trio de tête représenté par l'Allemagne, l'Italie et la République tchèque. Quant aux États-Unis, ils se placent au troisième rang mondial de ce marché.En 2009, la production des cellules photovoltaïques a dépassé la demande. Résultat : une chute du prix moyen des cellules au silicium de 38 % par rapport à 2008. Cette baisse des prix devrait sérieusement dynamiser le marché du solaire au cours des cinq prochaines années. En attendant que la myrtille prenne le relais ?

En quoi est-ce responsable ?

  • Je-sensibilise-mon-entourage Je sensibilise mon entourage
8

Aidez à construire la réputation de Tyvie en votant pour cet article :

Ils ont aimé :
Les commentaires :

Plutôt original effectivement. Il ne nous reste plus qu'à espérer que tout cela porte ses "fruits" :-)

2010-04-30 14:56:04 UTC
0

J'aime beaucoup la confiture de myrtille! mais alors pour faire du photovoltaïque, ça m'épate!  

2010-04-30 15:55:51 UTC
0

Ah bonne nouvelles :) c'est tres bien on va pouvoir en acheté a des coup plus faible .

2010-05-01 11:49:51 UTC
0

je dois avouer... que... tres sceptique par nature, j'ai cru a un poisson d'avril...

sur wikipedia on trouve l'adresse de l'université en question, et sur le site de l'universite... rien ne fait mention des myrtilles... (mirtillos en italien ou blueberry en anglais).

Maiiisss.... sur plein d'autres site, on parle de cette super trouvaille avec des posts datant d'avant le 1er avril ca peut donc difficielement etre un poisson : http://www.greenzer.fr/panneaux-solaires-photovoltaique-myrtille-2302

http://www.woozin.net/2010/03/des-panneaux-solaires-photovoltaiques-a-la-myrtille/

.....

http://www.mediaterre.org/scientifiques/actu,20070814052400.html : en 2007 ils avaient deja ca en etude !!

Desolée d'avoir douté :)

2010-05-01 12:24:12 UTC
0

pas de soucis tyhna c'est comme cela qu'on avance, avec le nombre important d'informations qu'il y a aujourd'hui sur le net on peut se permettre de douter !

2010-05-01 17:09:03 UTC
0
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter